Einstein, la bête noire des narrateurs de MQ

Il faut que l’Einstein bashing cesse.

On n’a pas fait honneur à Einstein en lui attribuant , après sa mort , des idées assez triviales présentées comme « ce qu’il aurait pu faire de mieux ». C’est présomptueux alors qu’il est incontestablement le plus gradé des physiciens, celui qui a toujours étonné ses pairs par une créativité rare. Einstein n’a pas pu utiliser son droit de répliquer après des expériences qui ont été imaginées et effectuées après son décès. Personne ne pourra jamais imaginer sa réponse.

Faire parler un mort pour le ridiculiser, un fait unique dans l’histoire des sciences, mais doit on s’étonner qu’il ait eu lieu au XXe siècle ? Utiliser pour cela l’un des physiciens les plus problématiques , Bohr, avec son mauvais caractère anti scientifique et ses échecs a été un tour de force. D’ailleurs, sa théorie atomique simpliste s’était effondrée à peu près au moment de son débat avec le trio EPR, ce qu’il aurait très mal vécu si on se fie à la littérature disponible.  Tout ce qu’il reste aujourd’hui de ses travaux, ce sont des exercices désuets et une position dogmatique.

Comme tout non spécialiste , j’avais accepté sans conditions cette nouvelle notion attrayante. Comme font les non biologistes quand un biologiste parle d’ADN. Mais après avoir étudié de près cette controverse aux équations abordables, j’admets ne plus savoir que penser de l’intrication quantique. Les superpositions mathématiques sont bien là mais pas vraiment les observations expérimentales. En général, c’est au modèle de coller aux expériences. Sinon, il faut en changer ou au moins, pour ne pas froisser les anciennes gloires, le faire évoluer. Les données brutes des expériences qui ont été publiées sont consternantes.

80 ans après l’interprétation bohrienne , pertinente ou non , on n’a jamais vu personne en tirer quoi que ce soit d’utile à la physique ou la technologie.

Ceci dit, tout est possible, surtout si une expérience avec observateurs externes et sans aucune faille le montre. Par exemple , une application en cryptographie avec détection d’espion, un ordinateur quantique sérieux ou encore mieux, les deux. Peu importe la réponse finale, pourvu qu’elle soit scientifiquement validée sans failles. On peut rêver, non ?

Igael Azoulay

Projet q-Crypt


 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*