projet Q-Crypt

N’y allons pas par quatre chemins, l’expérience de Bell ne montre rien parcequ’elle est basée sur une loi de Malus dans sa version la plus approximative et sur une mauvaise courbe de référence classique. Tout projet d’ordinateur ou de cryptographie quantiques est voué à l’échec s’il est encore basé sur l’intrication.

Pour des raisons pratiques, le site en anglais est le plus frais. Ici on se lâchera un peu plus.

Mais vous trouverez aussi en français des descriptions de simulations d’expériences EPR plus qu’étonnantes. Il faut essayer le calcul léger en ligne qui est assez rapide pour tourner en moins de 5 secondes dans un navigateur. Cette démonstration légère et suffisante de l’invalidité du protocole utilisé dans toutes les expériences EPR reste à la portée du plus grand nombre. Est ce de la physique, du calcul, des sciences? Si oui, vérifiez, sinon conservez vos convictions.

Que dire des inepties qu’on peut lire sur l’ordinateur quantique? Tous les protocoles violent les lois de la physique, même celles que les thuriféraires de l’intrication avaient garanties. Une chose est sûre, la factorisation de 15 en 3×5 a été confirmée par ces scientifiques.

Indépendamment, nous avons mis au point un protocole de cryptographie quantique ne faisant pas appel à l’intrication quantique. L’application est en test de production dans un service d’hébergement internet.

Nous pensons que cette voie offre aussi une solution pour l’ordinateur quantique si, comme nous nous en doutons, il est impossible de tirer parti de l’intrication imaginaire. Ce ne serait pas les performances mirobolantes annoncées mais de nombreux algorithmes de recherches massives pourraient en profiter efficacement. Un prototype d’ordinateur hybride fonctionnel sera présenté fin 2019 par notre partenaire indien.

Igael Azoulay

Projet q-Crypt